Avec tous ceux qui ont mission d'instruire ou d'éduquer Accueil Pour nous joindre
  Ressources
  Actualités
  Conseils
  Dossiers
  Liens utiles
  Livres
  Initiatives
  Services
  Soutien scolaire
  Livres enfants
  Pédagogie
  Projet Toplà
  Pratique
  Lettre gratuite
  Nous joindre
Zone de promotion de sites utiles
Difficultes scolaires
    Inventons l'école de la réussite pour tous
     9 Propositions    Conseils    Liens utiles    Livres    Actualités  


Technique : des parcours d'excellence

Il est une idée fausse qui consiste à penser que celui qui ne réussit pas dans la filière générale est nécessairement destiné aux filières professionnelles.

Ceci entraîne deux conséquences principales. La première est une faible valorisation des filières professionnelles : elles sont le plus souvent choisies par défaut, faute de pouvoir poursuivre dans la filière générale. La seconde est un manque d’ambition pour ces filières : elles sont d’un niveau plus faible que les filières générales puisqu’elles récupèrent une bonne partie des élèves qui étaient en échec.

Pourtant, la filière professionnelle permet à des intelligences pratiques de donner du sens à leurs apprentissages. Il n’est pas rare que des jeunes en échec dans la filière générale épanouissent leurs capacités et deviennent des élèves brillants dans la filière professionnelle.

Pour permettre à ces intelligences pratiques de se révéler plus tôt, ne pourrait-on pas faire en sorte que la filière professionnelle puisse être intégrée plus tôt sans que ce choix interdise un retour ultérieur en filière générale ? Ces deux filières ne pourraient-elles pas partager un tronc commun d’apprentissages, avec une approche légèrement différente mais un même niveau d’exigence.

Les parcours professionnels doivent devenir de vrais parcours d’excellence et être perçus comme tels par les parents. Cela demande un changement de mentalité, la multiplication des passerelles avec l’enseignement général et un programme ambitieux de formation. Il n’y a qu’en France que l’apprentissage pratique semble devoir être réservé à ceux qui ne peuvent faire autrement en raison d’une survalorisation des métiers dits intellectuels. L’absence de personnes bien formées pour certains corps de métier est un problème crucial qui est une conséquence directe de cet état d’esprit.

La compétition intellectuel/pratique pourrait être supprimée si l’on reconnaissait la diversité des intelligences et si l’on évitait tout jugement péjoratif à ce sujet. Il n’y a pas de métiers supérieurs à d’autres. L’intelligence du matheux ou de l’amateur de belles lettres n’a pas à être comparée à celle du menuisier ou du sportif.

Tout revient finalement à faciliter la réalisation du projet de chacun, sans le moindre jugement de valeur, en lui proposant un parcours d’excellence qui corresponde à ce projet et lui permette de devenir un bon professionnel, quelle que soit la nature de son métier.

Et au niveau institutionnel :

Mettre en avant les points forts des établissements professionnels, revaloriser leur image auprès des parents et tout mettre en œuvre pour que la réalité corresponde à l’image qu’on souhaite leur donner.

Organiser des passerelles entre les filières professionnelles et générales, et offrir la possibilité d’une orientation semi-professionnelle le plus tôt possible, en insistant bien sur le caractère non définitif de cette orientation.

 Proposition suivante : Un état d'esprit renouvelé

     Haut de page    Imprimez cet article    Envoyez cet article à quelqu'un
  Qui sommes nous ?   ·   Objectifs   ·   Mentions légales   ·   Jeunes Plus  
©Jeunes Plus 2000-2006 • Graphisme du site : Bruno Merlin • Soutien scolaire
Hit-Parade

topla
Aidez-nous à trouver des bénévoles
  Dossiers
  Plaisir de lire
  Réussite scolaire
  Education
  Prévention
  Violences
  Système éducatif
  Actualités
Le collège unique dépassé
Les leçons de mots au primaire
Apprendre à mieux enseigner
Fillon s'adresse aux inspecteurs
Dictée pour tous !