Avec tous ceux qui ont mission d'instruire ou d'éduquer Accueil Pour nous joindre
  Ressources
  Actualités
  Conseils
  Dossiers
  Liens utiles
  Livres
  Initiatives
  Services
  Soutien scolaire
  Livres enfants
  Pédagogie
  Projet Toplà
  Pratique
  Lettre gratuite
  Nous joindre
Zone de promotion de sites utiles
Difficultes scolaires
    Inventons l'école de la réussite pour tous
     9 Propositions    Conseils    Liens utiles    Livres    Actualités  


Prudence et présomption d’innocence

Les enseignants ont la responsabilité d’évaluer les connaissances et les capacités de leurs élèves. L’évaluation permet un classement qui, accompagné des appréciations de l’enseignant, pèse sur l’avenir de l’élève.

Le travail de l’élève est ce qu’il est, les notes sont ce qu’elles sont quoique parfois subjectives. Quant à l’appréciation, elle est toujours très délicate et souvent subjective.

Les adultes n’aiment pas trop les jugements portés sur leur travail ou sur eux-mêmes. Surtout si ceux-ci sont négatifs, émanent de personnes ayant autorité et sont assénés sans précaution.

Et les enfants ? Sont-ils donc insensibles à un jugement négatif sans appel ou à un zéro pointé ? A un commentaire ironique ou à une prédiction funeste ?

Ce serait une grave erreur de le penser. Les enfants encaissent car ils n’ont pas les mots pour défendre leur cause et se laissent facilement convaincre par le regard des adultes. Tant et si bien qu’ils adoptent rapidement l’étiquette qui leur a été collée, préférant y être conforme plutôt que de souffrir de jugements injustes.

Parce que nous sommes au contact d’enfants en difficulté, nous voyons ceux qui travaillent avec effort et sont accusés de n’en faire aucun en raison de leurs mauvais résultats, les mêmes qui réussissent et sont alors soupçonnés d’avoir copié en raison de leurs progrès, d’autres préoccupés par de graves soucis familiaux et condamnés pour leurs distractions, et tant de situations où le regard de l’enseignant est faussé par sa vision partielle de la vie de l’enfant.

Sur ces questions, il en va de la dignité de l’enfant. Celui-ci a droit au respect de ses enseignants et de ses parents, autant qu’il le leur doit. A l’heure de juger un enfant, les enseignants, et aussi les parents, doivent bien peser les mots qu’ils vont utiliser. C’est l’heure de la prudence et de la présomption d’innocence.

Nous ne nions pas que certains enfants soient réfractaires au travail et à l’effort, mais le seraient-ils devenus si ceux qui étaient chargés de les éduquer et de les instruire avaient toujours veillé à les respecter, restant prudent dans leur jugement, s’installant dans une relation d’accompagnement et non de domination.

Certains croient que la peur et la menace sont des moteurs de l’apprentissage. N’ont-ils donc jamais expérimenté l’effet de la peur d’échouer ? Une peur qui paralyse, fait oublier en un instant ce que l’on a appris pendant des heures, une peur qui empêche le rappel ou l’utilisation cohérente de ses connaissances.

Dans une logique de contrat de réussite passée avec l’enfant, le maître ne serait jamais un juge implacable qui évalue le travail de l’enfant en comparaison de celui du meilleur de ses élèves, mais un accompagnateur, un guide, qui chercherait à comprendre ce qui manque encore pour atteindre les objectifs visés pour l’enfant. Il s’inscrirait plus dans la remédiation que dans l’exclusion, dans l’éducation que dans le contrôle.

Une attitude qui permettrait de ne pas écorner la confiance de l’enfant en ses propres possibilités, confiance si difficile à restaurer lorsqu’elle a disparu.

Et au niveau institutionnel :

Réaliser un manuel de l’évaluation qui analyse les différentes expressions utilisées couramment pour juger les élèves et leur travail, et montre les incidences positives ou négatives qu’elles peuvent avoir sur la confiance de l’enfant.

 Proposition suivante : Un état d'esprit renouvelé

     Haut de page    Imprimez cet article    Envoyez cet article à quelqu'un
  Qui sommes nous ?   ·   Objectifs   ·   Mentions légales   ·   Jeunes Plus  
©Jeunes Plus 2000-2006 • Graphisme du site : Bruno Merlin • Soutien scolaire
Hit-Parade

topla
Aidez-nous à trouver des bénévoles
  Dossiers
  Plaisir de lire
  Réussite scolaire
  Education
  Prévention
  Violences
  Système éducatif
  Actualités
Le collège unique dépassé
Les leçons de mots au primaire
Apprendre à mieux enseigner
Fillon s'adresse aux inspecteurs
Dictée pour tous !